Recherche

Faire un don Parrainages

50 000 voix en faveur de 5 tigres

23.5.2017

Pétition en faveur de l’interdiction d’animaux sauvages dans les cirques suisses

Zurich, le 23 mai 2017 – Déjà 50 000 personnes ont signé la pétition en faveur de l’interdiction d’animaux sauvages dans les cirques suisses. La fondation QUATRE PATTES, ainsi que les fondations ProTier et Tier im Recht ont donc atteint l’objectif initialement fixé par rapport à la récolte du nombre de signatures. Les signatures continuent encore, indépendamment de cela, d’être consciencieusement récoltées jusqu’à l’automne.

Gracile, musclé et puissant. Un chasseur – en devenir - qui parcoure la jungle d’Asie, saute dans les arbres et se relaxe dans l’eau. Cette photo, montrée dans un cirque en Suisse, est néanmoins bien loin de la réalité : cinq tigres sont assis sur des tabourets, avec une musique forte en accompagnement. Un dompteur gesticule au milieu d’eux, en agitant des bouts de viande au bout d’un bâton. Les tigres exécutent leur numéro, sans aucune motivation.

Le bien-être des animaux sauvages est mis à mal dans les cirques en tournées, dans le simple but de divertir les spectateurs. Dans de nombreux pays – 22 en Europe -des interdictions ou des restrictions par rapport à la présence d’animaux sauvages dans les cirques sont déjà appliquées. C’est la raison pour laquelle, dans le cadre d’une campagne d’information, les trois organisations, QUATRE PATTES, ProTier et Tier im Recht, ont lancé une pétition visant à interdire la présence d’animaux sauvages dans les cirques. Déjà 50 000 personnes se sont montrées sensibles au sort des tigres et autres animaux sauvages et exigent l’interdiction d’animaux sauvages dans les cirques en Suisse.

« Il devient urgent d’avoir un cirque moderne, sans animaux sauvages. Nous sommes ravis que tant de personnes soient derrière notre combat »

Vanessa Gerritsen de Tier im Recht

L’excuse de la protection des espèces 
On entend souvent dire qu’il convient d’élever dans les cirques des animaux sauvages, tels que des tigres ou des lions, car ces animaux sont de plus en plus rares à vivre en pleine nature. Les cirques ne peuvent néanmoins pas contribuer à la protection des espèces. Les animaux vivant dans les cirques ne sont certes pas le résultat d’un programme de protection des espèces qui serait scientifiquement contrôlé. Au contraire. Ils sont souvent le résultat d’une consanguinité. 

«Les animaux qui vivent dans des cirques ne peuvent plus être remis à l’état sauvage car ils n’auraient aucune chance de pouvoir survivre du fait de leurs liens étroits avec les êtres humains et de leurs conditions de détention non naturelles. Ils ne peuvent ainsi contribuer au maintien de leur espèce. »

Julie Stillhart,  responsable QUATRE PATTES Suisse

Le cirque oui – mais sans animaux sauvages
« Les animaux sauvages dans les cirques, qu’il s’agisse de grands félins ou d’autres espèces, ne sont plus dans l’air du temps et leur présence ne peut clairement plus être tolérée d’un point de vue éthique. Les cirques sans animaux connaissent un grand succès. L’exemple le plus connu nous vient du Canada, avec le cirque du soleil » déclare Barbara Kerkmeer de ProTier.