Recherche

Faire un don
Commerce illégal de chiots en ligne: un modèle de solution proposé par QUATRE PATTES

Anonyme et dangereux : les marchands de chiots illégaux sont appelées à disparaître des pla-teformes en ligne

9.7.2019

QUATRE PATTES présente sa solution modèle en faveur d’une traçabilité des chiens proposés à la vente en ligne

Zurich, le 9 juillet 2019 – D'innombrables chiots sont élevés dans des conditions effroyables pour être acheminés illégalement d'Europe de l'Est vers les pays occidentaux de l'UE et mis en vente en ligne. Les animaux sont souvent malades et les acheteurs font souvent face à des coûts élevés des suites de soins vétérinaires. L'organisation mondiale de protection des ani-maux QUATRE PATTES a maintenant élaboré une solution modèle qui permettrait une traça-bilité sans faille des chiens. Et exclure ainsi les revendeurs de chiots illégaux de la vente par petites annonces en ligne, ce qui est leur principal canal de vente. Le but: harmoniser l'identi-fication obligatoire des animaux par puce électronique dans l'UE et de toute personne impli-quée dans la vie de l'animal.

L'anonymat reste un problème majeur dans le commerce de chiots en ligne : les chiots peuvent être achetés en un simple clic sur les pages des petites annonces en ligne, et les vendeurs, qui n'ont besoin que d'une adresse e-mail pour placer une annonce, peuvent disparaître sans laisser de trace une fois la vente terminée. La nouvelle loi européenne sur la santé animale, qui entrera en vigueur dès 2021, obligera tous les éleveurs, vendeurs et transporteurs de chiens à enregistrer leur exploitation auprès de leurs autorités nationales. Avec l'introduction de la nouvelle loi, QUATRE PATTES voit une occasion supplémentaire d'empêcher les revendeurs de chiots illégaux de vendre en ligne : le modèle QUATRE PATTES prévoit que chaque chiot soit identifié par puce électronique et enregistré par les soins d’un vétérinaire, avec mention de son propriétaire, dans un fichier national. Seuls les chiens avec des données vérifiées et confirmées pourront être annoncés en ligne. De plus, les autorités pourront retracer toutes les personnes impliquées dans la vie du chien.

«Notre solution modèle permettrait aux exploitants de petites annonces de vérifier les données d'enregistrement d'un chien sur la base des données disponibles dans le fichier des animaux de compagnie. En même temps, ils pourraient vérifier si un vendeur est enregistré en vertu de la loi européenne sur la santé animale. Cette solution est conçue tant pour protéger les personnes que les animaux »

Joanna Randall, responsable des campagnes pour animaux de compagnie chez QUATRE PATTES International

Bien que la Suisse ne soit pas directement concernée par cette loi communautaire, sa participation active au processus de sa mise en œuvre est importante. La Suisse joue un rôle précurseur, puisque les chiens sont soumis en Suisse depuis 2006 à l'identification et à l'enregistrement obligatoires (I&E).
Cependant, et malgré toutes les lois en vigueur, le nombre de chiens importés en Suisse a plus que doublé depuis 2007 pour atteindre le nombre de 26'000 en 2018, soit plus de 50% des nouveaux enregistrements en Suisse.

Une demande croissante pour des chiens de race à prix bas
La demande croissante de chiots de race en Europe occidentale a conduit à l’apparition de véritables usines à chiots dans des pays comme la Hongrie, la Tchéquie, la Slovaquie et la Roumanie. Ces éleveurs peu scrupuleux approvisionnent principalement les animaleries et les marchands de chiots. Les chiots sont élevés au coût le plus bas possible dans des conditions misérables. Les chiots sont souvent malades, rarement vaccinés et ont des documents d'identification et de vaccination falsifiés, voire inexistants, ce qui pose un risque important pour la santé humaine et animale.

En raison de la forte demande et des faibles coûts, la marge bénéficiaire est extrêmement
élevée et le risque d'être pris en flagrant délit est faible. « QUATRE PATTES est déterminée à mettre sur pied un système rigoureux et fermement appliqué pour mettre fin une fois pour toutes au commerce illégal de chiots sur Internet. Mais pour que le modèle soit efficace, nous avons besoin de l'appui des gouvernements nationaux », déclare encore Joanna Randall. Le système proposé permettra également aux autorités d'identifier plus facilement les revenus imposables non déclarés. De nombreux revendeurs de chiots exercent leur activité sans être enregistrés en tant que tels et ne paient donc pas de taxes.

Pour plus d'informations, consultez la page suivante: https://www.quatre-pattes.ch/campagnesthemes/ themes/animaux-compagnie/modele-de-solution-pour-le-commerce-illegal-danimaux-sur-internet