Recherche

Faire un don Parrainages
Büffeljunges liegt in verdrecktem Stall

Fromage de qualité supérieure issu d'un élevage de qualité inférieure

31.10.2019

Les infos dont a eu vent QUATRE PATTES ont une fois de plus révélé de graves manquements dans certains élevages de buffles en Italie

L'organisation internationale de protection des animaux QUATRE PATTES attire une fois de plus l'attention sur des lacunes catastrophiques en matière de protection des animaux dans de nombreux élevages de buffles en Italie. Les images dont dispose l'organisation montrent des animaux émaciés et malades dans des étables crasseuses et donnent une image peu luxueuse du fromage de qualité supérieure populaire dans le monde entier, la « Mozzarella di Bufala Campana DOP », en d’autres termes la mozzarella de bufflonne. QUATRE PATTES a évalué les mesures prises par 13 commerçants dans les pays germanophones pour améliorer le bien-être animal dans l'élevage de buffles.  En Suisse, Migros, Aldi et Lidl ont fait le plus d'efforts pour le bien-être des bufflonnes. 

Depuis que QUATRE PATTES a entamé ses enquêtes sur la mozzarella de bufflonne en 2014, quelques changements positifs ont été enregistrés. Certaines fermes s'efforcent par exemple d'améliorer les conditions d'élevage de leur propre initiative ou certains détaillants imposent de nouvelles exigences de bien-être animal à leurs fournisseurs. Dans beaucoup d'élevages de buffles italiens, cependant, une image cruelle se dessine : les animaux sont confinés dans de petites étables sales, sans lumière du jour et sans pâturages. Les buffles n'ont souvent pas accès à l'eau ou aux bains de boue dans lesquels ils peuvent se rafraîchir en fonction de leurs besoins naturels. Certains animaux souffrent de malnutrition sévère. 

« Les conditions dans les fermes sont choquantes. Pour que les choses changent, nous comptons sur l'appui des détaillants, des commerçants et des producteurs qui devraient offrir ce produit de qualité supérieure uniquement dans le cadre d'un élevage de qualité supérieure. L'industrie doit s'appuyer sur les premières étapes importantes vers une amélioration de l'élevage des buffles pour assurer un changement à long terme. C'est pourquoi nous demandons des contrôles réguliers et obligatoires du bien-être des animaux »

Nina Jamal, responsable des campagnes QUATRE PATTES pour les animaux de rente

L'enquête auprès des commerçants en Allemagne, en Autriche et en Suisse montre des progrès
Spar en Autriche, Aldi Süd & Nord en Allemagne et Migros en Suisse travaillent avec des fournisseurs de mozzarella de bufflonne progressifs qui s'engagent à respecter un certain nombre de normes importantes en matière de bien-être animal et effectuent des inspections plusieurs fois par an. Tout comme Migros, Aldi et Lidl Suisse ont obtenu des bons points grâce aux efforts fournis actuellement.

Les critères de base suivants ont été pris en considération lors de l'attribution des points : traçabilité, fréquence des contrôles, étendue des exigences en matière de bien-être animal, prise en compte des exigences en matière de bien-être animal pour les marques propres et tierces. « Indépendamment de cela, les conditions locales montrent encore dans de nombreux cas que l'élevage de buffles est loin de répondre aux normes de qualité supérieure. Les animaux ont besoin d'installations adéquates pour pouvoir réguler leur température corporelle et le soin des sabots ne peut pas être négligé », déclare Jamal. QUATRE PATTES appelle les détaillants à utiliser davantage leur pouvoir de marché : ils devraient exiger le respect de critères contraignants de protection des animaux ainsi que des contrôles indépendants sur les élevages et devraient par ailleurs effectuer eux-mêmes des contrôles indépendants.

Les veaux mâles, ces mal-aimés de l’industrie de la mozzarella
En août 2018, une recherche menée par QUATRE PATTES en Italie a déjà révélé la souffrance des veaux de buffles mâles. Considérés comme sous-produit sans valeur, les jeunes animaux sont souvent délibérément négligés. S'ils ne meurent pas à la suite des mauvaises conditions d'élevage, ils sont abattus en moyenne 30 jours après la naissance. Mais la situation des veaux mâles s'améliore tout doucement : en application d’un décret gouvernemental, les éleveurs reçoivent maintenant une petite prime s'ils amènent le veau à l'abattoir dans le respect des règles en vigueur. En outre, une nouvelle checklist établie par le gouvernement italien garantit que les critères spéciaux de bien-être animal pour les buffles sont pris en compte lors des inspections.

Le commerce du lait de bufflonne
La Campanie, avec 90 pour cent de la production de lait de bufflonne, est la région où la production est la plus élevée en Italie. 74 pour cent des quelque 400’000 buffles vivant en Italie sont élevés en Campanie. Il y a plus de 2’200 élevages de buffles pour tout le pays. La grande majorité - 77 pour cent - sont exclusivement des producteurs laitiers, 14 pour cent sont exclusivement des producteurs de viande et seulement 9 pour cent utilisent les animaux pour la production laitière et la production de viande. La mozzarella de bufflonne de Campanie porte le label AOP (Appellation d'Origine Protégée) et est le produit d'exportation n° 1 de l'Italie centrale et du sud. Les principaux consommateurs de ce fromage de luxe sont la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, les États-Unis, la Suisse et l'Espagne.