Faire un donParrainage
orang-outan orphelin sur un arbre de la forêt de Bornéo

quatre pattes vient en aide aux orangs-outans orphelins

Programme de réintroduction dans la nature à Bornéo

13.6.2018

Les orangs-outans d'Indonésie sont massivement menacés d'extinction en raison de la déforestation et de la diminution de leurs habitats. Ces singes amicaux à la fourrure rougeâtre figurent donc depuis des années sur la Liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Ils sont considérés comme victimes de l'agriculture dans des monocultures dont l'habitat - la forêt tropicale - est exterminé à grande échelle. Depuis 30 ans, la superficie des îles indonésiennes de Sumatra et de Bornéo a presque diminué de moitié. Les raisons en sont évidentes : la demande croissante de terres et de produits agricoles tels que le charbon déplace progressivement la forêt tropicale et donc les grands singes que sont les orangs-outans également. Et malheureusement, la proportion d'orphelins d'orangs-outans est en augmentation.

L'exploitation des forêts tropicales détruit l'habitat des orangs-outans

En raison du rétrécissement de leurs habitats, les mères orangs-outans et les êtres humains sont amenés à se rencontrer de plus en plus souvent. Or beaucoup de singes ne survivent pas à une telle rencontre. Et leurs enfants deviennent alors orphelins.

En collaboration avec notre partenaire indonésien "Jejak Pulang", nous construisons une ÉCOLE DE LA FORÊT pour ces orphelins orangs-outans, dans laquelle ils sont entraînés par des mères de substitution pendant plusieurs années afin de pouvoir être réintroduits dans la nature une fois adultes.   

soutenez les Orangs-outans

Aidez-nous à offrir un futur serein aux orangs-outans

faire un don 

L'école de la forêt

L'éducation des orphelins orangs-outans dure plusieurs années. Cela montre une fois de plus à quel point les humains et les singes se ressemblent, car les enfants orangs-outans ne sont considérés comme adultes qu'à partir de l'âge de 14 ans environ. Ainsi, leur entraînement au sein de l’ÉCOLE DE LA FORÊT va depuis l'enfance jusqu'à ce que l'orang-outan soit assez expérimenté pour vivre seul dans la nature. Par conséquent, la formation d'un seul orphelin orang-outan dure plus de dix ans. Le plus grand défi de l'entraînement est de suffisamment lier l'enfant orang-outan à sa mère humaine, pour qu'il apprenne les techniques à apprendre, tout en évitant de trop l'humaniser.

Les mères de substitution humaines éduquent les enfants orangs-outans

Le contact avec une personne de référence revêt une importance primordiale surtout lorsque les orangs-outans sont encore très petits. Les bébés et enfants orphelins ont besoin d'une mère, tout comme les enfants humains du même âge. Comme leur propre mère ne peut plus assumer ce rôle, notre équipe de mères de substitution humaines s'occupent des petits. Le contact avec d'autres enfants orangs-outans est également très important pour leur développement. Ainsi, nous permettons aux jeunes singes de mener une vie conforme à leurs besoins et ce, dans la forêt tropicale - la seule exception étant que leur mère soit humaine. Mais chaque jour, ils passent la majeure partie de la journée avec leurs congénères dans la forêt. Ce faisant, ils apprennent des compétences en imitant leurs mères de substitution mais leurs congénères. Leurs mères biologiques feraient la même chose. Cette grande liberté nous permet de les préparer au mieux à la vie en forêt tropicale. Plus ils vieillissent, plus leurs parents de substitution humains se détachent d'eux et plus ils sont à même d'explorer la forêt de façon autonome.

Premier orang-outan orphelin à l’École DE LA FORÊT

Le premier orphelin a emménagé dans notre école forestière à l'Est de Kalimantan. Sa mère a été retrouvée morte dans une plantation de palmiers. Les villageois s'occupaient du petit. A l'âge d'environ huit mois, il a été confisqué par les autorités indonésiennes et remis à Jejak Pulang. On a baptisé le petit Gonda et il passera les prochaines années sous nos soins. Nous espérons qu'il contribuera ainsi à augmenter la population d'orangs-outans de Bornéo.

Recherche