Recherche

Faire un don Parrainages
Le conte de fée des lions blancs

Le conte de fées des lions blancs

La mutation de la couleur comme aimant pour le public

Le Cirque Royal parcourt à nouveau la Suisse avec ses lions blancs. Ces derniers peuvent sembler beaux, majestueux et fascinants pour les spectateurs. Mais le fait est que les lions blancs ne sont en aucun cas féériques. Les lions blancs ne sont ni des albinos ni une espèce rare à part. En effet, ils appartiennent à la même espèce que les lions «normaux» et sont très rares dans la nature. La raison de leur coloration blanche est un gène muté, qui se voit réalisée en combinaison avec d'autres caractéristiques non naturelles.
Ce qui explique leur rareté à l'état sauvage, dans la nature, c'est justement leur coloration blanche. Les lionceaux blancs sont souvent tués par leurs ennemis et il leur est bien difficile de s'approcher de leurs proies du fait de leur coloration remarquable de loin par les autres animaux.

Élever des lions blancs par sensationnalisme

Dans de nombreux cirques, la mutation de couleur est délibérément produite pour attirer les foules. C'est précisément parce que ces animaux sont si rares qu'ils sont souvent accouplés en captivité, sans égards pour les conséquences liées à la consanguinité. Or, à la suite d'un tel accouplement, les petits lionçeaux blancs souffrent souvent de malformations et de dommages organiques.

La protection des espèces comme prétexte

On prétend souvent que les animaux sauvages comme les lions doivent être maintenus en captivité au sein de cirques parce qu'ils sont de plus en plus rares dans la nature. Il est vrai que de nombreuses espèces animales sont menacées dans le monde. Cependant, le cirque ne peut apporter aucune contribution à la protection des espèces : les animaux du cirque sont souvent le résultat d'accouplements consanguins et non le résultat d'un programme de protection des espèces scientifiquement contrôlé. En outre, les animaux de cirque ne peuvent plus être relâchés dans la nature parce qu'ils n'ont aucune chance d'y survivre et de contribuer ainsi à la conservation de leur espèce par un contact étroit avec les humains et des conditions de détention contre nature. Pareil pour les lions blancs, dont les descendants ne contribuent en aucune façon à la protection de l'espèce.