Recherche

Faire un don Parrainages

Décision du Tribunal fédéral dans le cas Strickler: qu’adviendra-t-il des animaux?

10.8.2016

L’organisation QUATRE PATTES se montre très inquiète de l’avenir des pensionnaires du parc animalier à Subingen 

Zurich, le 11 août 2016 – le Tribunal fédéral à Lausanne a rejeté le recours formulé par René Strickler contre l’ordre d’expulsion du parc animalier. Une décision sans appel: les animaux doivent être évacués. La première date d’évacuation fixée au 14 juillet est déjà passée. La date de départ des animaux et leur prochain lieu de vie restent incertains à ce jour. L’organisation QUATRE PATTES Suisse est inquiète et en appelle à toutes les parties impliquées afin de chercher des solutions durables pour les animaux.

« L’objectif absolu de QUATRE PATTES reste en tous les cas le sauvetage et le bien-être des animaux en détresse. Nous approuvons ainsi la décision actuelle du Tribunal fédéral. Les parties concernées doivent enfin trouver une solution. »

Julie Stillhart, responsable de QUATRE PATTES Suisse. 

L’organisation QUATRE PATTES est déjà depuis 2014 en discussion avec René Strickler, le propriétaire du parc animalier, et s’est engagée dans l’élaboration commune d’un plan de secours des animaux dans le cadre d’une mesure d’évacuation obligatoire du parc. La plus haute instance, le Tribunal fédéral, s’étant désormais prononcée contre une autre prolongation du délai, le propriétaire du parc animalier à Subingen est contraint d’évacuer le terrain qu’il occupe à une date non fixée à ce jour. Il s’agit dorénavant de trouver rapidement un nouveau foyer pour les 18 grands félins, les ours et les petits animaux.

La vie de 18 grands félins sous la responsabilité d’une seule personne
Selon QUATRE PATTES, une seule personne ne doit pas être autorisée à avoir l’entière responsabilité d’un parc animalier comme celui de Subingen dans lequel vivent 18 grands félins et de nombreux autres animaux. Mais deux points restent critiques: la société anonyme nouvellement créée ne dispose pas d’un terrain adéquat et, en soi, ne peut pas garantir une solution durable respectueuse des animaux. S’efforçant de sauver son parc animalier, René Strickler n’a fondé la société anonyme qu’en date du 29 juillet. Celle-ci devait acheter un terrain et veiller au bon fonctionnement du parc animalier.

Grands félins tolérés uniquement dans des zoos et des centres d’accueil bien gérés d’un point de vue scientifique

« La détention de grands félins est exigeante et doit correspondre aux besoins de leur espèce. Elle n’est en somme acceptable, pour nous, que dans des zoos et des centres d’accueil bien gérés d’un point de vue scientifique. Ceci ne doit pas se produire. Nous voulons toujours apporter notre soutien au parc animalier grâce à notre expérience relative aux grands félins mais aussi organiser et coordonner des relocalisations éventuelles. Depuis fin 2014, nous avons, à de nombreuses reprises, proposé notre aide mais celle-ci n’a jamais été acceptée jusqu’à présent. Nous espérons que ceci changera pour que nous trouvions rapidement une solution appropriée - ce qui demeure notre but ultime».

Julie Stillhart, responsable de QUATRE PATTES Suisse. 

Des solutions possibles
QUATRE PATTES gère le refuge pour grands félins LIONSROCK en Afrique du Sud, le centre pour grands félins FELIDA aux Pays-Bas et un centre pour grands félins TIERART en Allemagne. De plus, QUATRE PATTES a des partenaires de coopération capables d’accueillir des grands félins. Toutefois, de nombreux grands félins sont en détresse dans le monde et les demandes de sauvetage des grands félins en souffrance sont importantes. Les capacités en Afrique du Sud mais également en Allemagne et aux Pays-Bas sont limitées. Dans l’hypothèse d’une expulsion du parc animalier de Subingen et d’un danger menaçant la vie des animaux, QUATRE PATTES mettra tout en œuvre pour sauver ces animaux en leur offrant un foyer durable et conforme aux besoins de leur espèce. Si ce scénario devait se produire, QUATRE PATTES escomptera le soutien de toutes les parties impliquées.