Recherche

Faire un don Parrainages

Les veaux considérés comme sous-produit indésirable pour la production de mozzarella de buffles

1.11.2018

QUATRE PATTES continue de dénoncer les abus des élevages de buffles en Italie

Zurich, le 1er novembre 2018 - 47 millions de kilos de "Mozzarella di Bufala Campana DOP" - en abrégé mozzarella de buffle - ont été produits en Italie en 2017. Pour répondre à la forte demande de fromages de luxe, de nombreux agriculteurs italiens misent sur l'efficacité plutôt que sur le bien-être animal. Une étude réalisée en août 2018 par l'organisation internationale de protection des animaux QUATRE PATTES, des journalistes et l'équipe Wildlight montre que les veaux de buffle mâles souffrent particulièrement. Considérés comme un sous-produit sans valeur, les jeunes animaux sont souvent délibérément négligés. S'ils ne meurent pas des conséquences des mauvaises conditions d’élevage, ils sont abattus en moyenne 30 jours après leur naissance. QUATRE PATTES encourage les détaillants et les producteurs à prendre leurs responsabilités.

Ecuries sales, buffles blessés et veaux morts : les photos, prises en août 2018 dans douze élevages de buffles en Campanie, dans le sud de l'Italie, révèlent la vérité peu reluisante de ce produit de luxe populaire.

« Les photos montrent des veaux qui, de toute évidence, sont morts sur le sol depuis un certain temps - sous les yeux des autres buffles. D'autres veaux vivants étaient si émaciés qu'ils pouvaient à peine tenir debout. Sans contact avec d'autres animaux et sans soins raisonnables, les veaux sont maintenus dans des compartiments beaucoup trop petits, semblables à des cages . » 

Hanna Zedlacher, experte en élevage chez QUATRE PATTES

Ces carences affectent principalement les veaux mâles. N’étant pas importants pour la production de mozzarella, ils sont considérés comme un sous-produit gênant.

« Environ 30 jours après la naissance, les veaux sont assez vieux pour être transportés à l'abattoir. Rien qu'en 2017, plus de 52 000 veaux de buffle ont été tués légalement en Italie. La viande est généralement transformée en nourriture pour chien.»

Hanna Zedlacher

La souffrance du buffle

Déjà durant l'été 2014, QUATRE PATTES a attiré l'attention sur la mauvaise situation des buffles élevés en Italie. Quatre ans plus tard, les exigences formulées à l'époque ne sont toujours pas appliquées partout - même si des améliorations juridiques ont été apportées au niveau de la traçabilité.

QUATRE PATTES estime que les détaillants sont autant responsables que les producteurs. Les discussions avec les personnes concernées ont déjà commencé.

Selon QUATRE PATTES, certains détaillants ont déjà pris des mesures et exigent de leurs fournisseurs des normes plus élevées en matière de bien-être animal.

« Seule la mozzarella de bufflonne provenant d'élevages respectueux des animaux doit être offerte. Nous exigeons des contrôles réguliers, un élevage approprié et des soins médicaux. Nous attendons également des solutions humaines pour les veaux mâles. L'abattage inutile des animaux doit cesser. Les consommateurs doivent s'informer exactement sur l'origine de la mozzarella de buffle et, en cas de doute, ne pas l'acheter .»

Hanna Zedlacher

Le commerce du lait de bufflonne

74 % des 400'000 buffles vivant en Italie sont élevés en Campanie. On compte 2’212 élevages de buffles dans tout le pays. La grande majorité d'entre eux (77%) sont des producteurs de lait pur, 14% sont des producteurs de viande pure et seulement 9% utilisent des animaux pour la production de lait et de viande. La mozzarella de buffle de Campanie porte le sceau DOP (Dénomination d'Origine Protégée) et est un produit d'exportation de l'Italie centrale et du sud. Les principaux consommateurs de ce fromage de luxe sont la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, la Suisse et l'Espagne.