Faire un donParrainage
Chien viverrin

Le Conseil des États se prononce pour la cruauté envers 
les animaux

QUATRE PATTES regrette la décision du Conseil des États 
de ne pas interdire l’importation de produits à base de fourrure.

31.5.2022

Zurich, le 30 mai 2021 – Le Conseil des États a aujourd’hui procédé au vote sur la motion visant à interdire l’importation de produits à base de fourrure d'animaux maltraités et l’a malheureusement rejetée. La Suisse rate ainsi l’occasion rêvée de jouer un rôle de précurseur en Europe. L’organisation mondiale de protection des animaux QUATRE PATTES est déçue de la décision du Conseil des États. La Suisse, fière de ses normes élevées sur le plan de la protection animale, aurait pu devenir un exemple international en matière de bien-être animal. 

Après que le vote du Conseil national en faveur de l'interdiction des importations de fourrures en décembre dernier ait fait naître l'espoir, le Conseil des États fait maintenant obstacle à cette revendication essentielle pour la protection des animaux par 25:19 voix. 

«Malheureusement, la Suisse a raté une occasion unique. La vraie fourrure est depuis longtemps démodée et socialement inacceptable».

Dominik del Castillo, chargé de la campagne en faveur des animaux sauvages chez QUATRE PATTES Suisse

En effet, selon un sondage effectué en septembre 2020, et commandé par QUATRE PATTES, la majorité (83%) des Suisses rejette la fourrure véritable. 

Les animaux élevés dans des fermes à fourrure souffrent toute leur vie, pour ensuite subir une mort atroce au nom de la mode. Leurs besoins biologiques sont systématiquement ignorés tout au long du processus. 

«Le vison fait partie d’une espèce de martres adaptées à la vie dans les zones humides et est un excellent nageur. Cette espèce a même des orteils palmés et pourtant les visons, enfermés dans des fermes à fourrure, ne voient pas l’eau de toute leur vie. Les renards roux aiment creuser des tanières; dans les fermes à fourrure, ils marchent sur des sols grillagés qui leur blessent les pattes».

Dominik del Castillo, chargé de la campagne en faveur des animaux sauvages chez QUATRE PATTES Suisse

Une telle détention serait interdite en terre helvète. Pourtant, la Suisse importe de la vraie fourrure issue d’une production pour laquelle des animaux ont souffert.

Les fermes d’élevage d’animaux à fourrure sont des lieux de reproduction potentiels pour les zoonoses et présentent des risques pour la santé humaine. Un rapport de la FAO, de l’OIE et de l’OMS sur le Sars-COV-2 a conclu que les fermes à fourrure présentent un risque élevé pour l’introduction et la propagation du virus. L’abattage massif de millions de visons au Danemark pendant l’hiver 2020 l’a clairement démontré.

Le Conseil des États ne s'est pas laissé convaincre par ces arguments. La commission consultative s'était déjà prononcée contre la motion en invoquant la prétendue incompatibilité avec les obligations commerciales internationales et le mauvais fonctionnement avéré de l'obligation de déclaration. Le vote du Conseil des États le montre une fois de plus: la Suisse applique une politique à deux poids et deux mesures. Alors que la production de produits à base de fourrure pour lesquels des animaux ont souffert est interdite en Suisse, les intérêts économiques semblent plus importants que le bien-être animal lorsqu’il est question des importations de l’étranger. Ainsi, la Suisse reste un pays à deux visages en matière de bien-être animal.

#Fur Free Europe
Le 18 mai, QUATRE PATTES a lancé une initiative citoyenne européenne (ECI) avec plus de 60 autres organisations et 23 États membres de l'UE pour demander l'interdiction des fermes à fourrure dans l'UE. Une telle interdiction entraînerait un changement monumental dans l'industrie de la fourrure. Un million de signatures ont déjà le potentiel d'influencer la législation européenne et d'apporter des améliorations durables à long terme pour la protection des animaux. QUATRE PATTES milite depuis près de 35 ans pour l'interdiction des fermes à fourrure et continuera à le faire jusqu'à ce que l'élevage d'animaux à fourrure soit interdit dans toute l'Europe.

Sylvie Jetzer

Sylvie Jetzer

Communication Suisse

sylvie.jetzer@vier-pfoten.org

+41 43 501 57 49

QUATRE PATTES – Fondation pour la protection des animaux

QUATRE PATTES sur les réseaux sociaux

 

Au sujet de QUATRE PATTES
QUATRE PATTES est l’organisation mondiale de protection des animaux sous influence humaine directe, qui révèle leurs souffrances, sauve les animaux en détresse et les protège. Fondée en 1988 à Vienne par Heli Dungler et des amis, l'organisation plaide pour un monde où les humaines traitent les animaux avec respect, compassion et compréhension. Les campagnes et projets durables se concentrent sur les chiens et chats errants ainsi que sur les animaux de compagnie, les animaux de rente et les animaux sauvages – tels que les ours, les grands félins et les orangs-outans – vivant dans de mauvaises conditions de détention ainsi que dans les zones de catastrophe et de conflit. Avec des bureaux en Afrique du Sud, Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Bulgarie, France, Kosovo, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suisse, Thaïlande, Ukraine, USA et Vietnam ainsi que des refuges pour animaux en détresse dans onze pays, QUATRE PATTES fournit une aide rapide et des solutions durables. La Fondation est en outre un partenaire d'Arosa Terre des Ours, le premier refuge en Suisse qui offre aux ours sauvés de mauvaises conditions de détention un environnement adapté à l’espèce. www.quatre-pattes.ch/ 

Recherche