Recherche

Faire un don Parrainages

À la mémoire d'Heli Dungler

Les dangers des marchés d'animaux vivants

Le danger des marchés d’animaux vivants

4.2.2020

Il est impératif de fermer ces marchés pour protéger les populations et les animaux

Alors qu’une nouvelle épidémie de Coronavirus se propage rapidement à travers de plus en plus de pays et fauche de plus en plus de vies, il est temps de prendre des mesures pour qu’une telle chose ne se reproduise jamais.

À la fin du mois de décembre 2019, la Chine a recensé plusieurs cas de pneumonies à Wuhan, une importante ville Chinoise. Dans les jours qui suivirent, le marché aux fruits de mer de Wuhan, là où plusieurs des personnes infectées travaillaient, s’est retrouvé fermé. Le virus s’est rapidement propagé, avec 25 pays contaminés en date du 4 février, plus de 20 000 personnes infectées et 425 personnes décédées. À l'heure actuelle, nul ne saurait dire combien de pays supplémentaires seront infectés, combien de personnes supplémentaires seront hospitalisées et combien de vies supplémentaires seront fauchées.

Malgré son nom, le marché aux fruits de mer de Wuhan ne vend pas que des fruits de mer. On y trouve également des centaines d’animaux sauvages vendus pour leur viande comme des tortues, des serpents, des rats, des oursons, des chiens et des chats. Bien que l’origine exacte de la maladie n’ait pas encore été établie, nous pensons que le virus s’est propagé sur le marché via un animal.

Ce n’est pas la première fois que nous assistons à une telle épidémie. En 2002-2003, une épidémie de SRAS-CoV (syndrome respiratoire aigu sévère) avait éclaté après sa propagation sur un marché d’animaux sauvages. Après cette épidémie et la prise de conscience des risques associés aux marchés d'animaux vivants, la Chine a interdit temporairement les marchés d’animaux sauvages avant d’en autoriser la réouverture six mois plus tard.

Les marchés d'animaux vivants en Asie présentent de grands risques de maladies

Chaque année, à lui seul, un marché engendre des contacts étroits entre des millions d'animaux et des personnes. Ces animaux proviennent de milliers de sources différentes, souvent inconnues. Des marchés comme celui de Wuhan, qui vendent toutes sortes d'espèces, ne sont pas seulement présents en Chine, ils sont présents à travers toute l'Asie. En dehors du risque de maladies, ces marchés présentent de graves problèmes relatifs au bien-être animal, ceux-ci assistant à la manipulation brutale de leurs compagnons avant d’être abattus pour leur viande.

Avec nos partenaires, nous avons assisté à des situations similaires à celles observées sur le marché de Wuhan et les avons documentées. À travers toute l'Asie du Sud-Est, on retrouve des similitudes évidentes dans le commerce des animaux sauvages, des chats et des chiens. Ces marchés servent de terrain de reproduction pour les virus et autres maladies et pour leur propagation à l'homme. Outre les risques de rage liés au commerce de viande de chien et de chat déjà documentés par nos soins et qui présentent un risque mortel pour les personnes présentes sur ces marchés et pour le grand public, nous assistons désormais à un risque potentiel de nouveaux virus émergents provenant de ces mêmes marchés.

Cette épidémie démontre, en outre, combien la cruauté et l'insensibilité envers les animaux sont étroitement liées à la souffrance humaine. La capture, le transport, la détention et l'abattage illégaux de chiens et de chats à travers l'Asie est tout simplement un cauchemar de santé publique qui ne demande qu'à se produire.

Afin de réduire davantage les risques de maladie, la Chine a récemment pris des mesures pour mettre un terme à ce commerce d'animaux sauvages. Ceci ne sera toutefois pas suffisant pour empêcher l'apparition de foyers similaires à l'avenir. Il est donc nécessaire de fermer tous les marchés d'animaux vivants, y compris et surtout ceux qui font le commerce de viande de chiens et de chats. En sautant le pas, les autorités prendront non seulement des mesures définitives pour protéger leurs citoyens et la communauté mondiale, mais ils feront également un pas de géant vers la construction d'un monde plus humain pour nous tous.

Faute d’avoir engagé des actions suffisamment fortes et soutenues après le SRAS-CoV, le monde en paie maintenant le prix.

Tirons-en maintenant des leçons. Mettons fin aux marchés d'animaux vivants. Mettons fin au commerce de viande de chien et de chat. #protectmillions

ajoutez votre voix à notre appel pour mettre fin au commerce de viande de chat et de chien en asie du sud-est 

singez maintenant

Dr Karan Kukreja

Chef de projet « Mettre fin au commerce de viande de chien et de chat en Asie du Sud-Est »

Né et élevé en Thaïlande, Karan a obtenu son diplôme de vétérinaire à l'université de Sydney en 2008 et a travaillé pendant quatre ans dans un cabinet vétérinaire privé en Australie. De retour en Asie, il a travaillé comme vétérinaire pour lutter contre les maladies animales transfrontalières en Asie du Sud-Est et en Chine. Par la suite, Karan a travaillé pour « World Animal Protection » dans le cadre d’une campagne visant à mettre fin à l'industrie de la bile d'ours en Asie.

C’est en 2019 que Karan a rejoint QUATRE PATTES en tant que chef de projet, travaillant avec une équipe pour développer et mettre en œuvre une campagne internationale visant à mettre fin au commerce brutal de viande de chien et de chat au Vietnam, au Cambodge et en Indonésie.