Faire un donParrainage
Un touriste en train de caresser un animal

Des grands félins en élevage 

La vérité derrière l’attraction touristique consistant à se promener avec des lionceaux et à les caresser

Il existe de nombreux endroits au monde où les gens sont autorisés à caresser et/ou à prendre des photos avec des animaux sauvages. Ignorant la réalité, ces voyageurs sont en fait trompés. Ils croient que l'interaction avec ces animaux les aide et, plus encore, qu'elle est bénéfique à la conservation de l'espèce. Parfois, ils finissent même par faire du volontariat dans l’un de ces endroits, investissant beaucoup d’argent et de temps. La plupart des gens ne souhaitent faire aucun mal aux animaux et pensent même soutenir une noble cause. La plupart des visiteurs ne sont pas au courant des souffrances animales qui se jouent dans ces endroits. Les fermes d’élevage de lions en Afrique du Sud en sont un exemple. Dans ces fermes, les lions se reproduisent plusieurs fois par an, remplissant ainsi les lieux de jeunes lionceaux.

Le mensonge « lionceaux secourus ou orphelins »

Beaucoup d’exploitations d’animaux sauvages en captivité diront que les lionceaux sont orphelins ou qu’ils ont été secourus car leur mère les a rejetés. Toutefois, la grande majorité de ces bébés n’ont été ni abandonnés, ni secourus, mais proviennent de reproduction sur demande opérée dans l’une des 300 fermes d'élevage en Afrique du Sud.

Parmi ce grand nombre d'animaux en captivité, on estime que 10 000 à 12 000 lions, guépards, léopards, caracals, tigres et même ligres (un croisement entre un lion et un tigre) sont détenus et élevés dans d'horribles conditions.

La vérité: les mères sont des machines à reproduire

Les lionceaux nés en captivité dans des fermes d’élevage sont enlevés à leur mère seulement quelques jours après leur naissance. Cela signifie que la mère entre en œstrus (redevient fertile) beaucoup plus rapidement et peut donc produire deux à trois portées par an en captivité. Dans leur milieu naturel, les lionnes sauvages ont généralement une portée tous les deux ou trois ans. Cela va sans dire qu’il s’agit d’un vrai traumatisme pour ces lionnes de se voir enlever leurs petits, pas une fois, pas deux fois, mais encore et encore. Le même traumatisme s’applique aux tigresses.

Des reproductions perpétuelles assurent un flux constant de bébés pour les exploitations proposant à leurs visiteurs de caresser les animaux.

Le mensonge de la « réintroduction en milieu naturel »

Certaines fermes d’élevage affirment que les jeunes animaux sont élevés dans le but d’être relâchés dans la nature et contribuent ainsi à la conservation des lions. Cependant, aucun élevage ou soi-disant projet de conservation n'a jamais prouvé que l'un de leurs animaux avait été relâché dans la nature.

Les bébés élevés au biberon dans des fermes d’élevage ne pourront jamais être réintroduits dans leur milieu naturel. Tout d’abord, leur état de santé et leur comportement ne le permettraient pas. Ces petits manquent de nutriments essentiels, de socialisation et de comportements d'apprentissage que seule leur mère pouvait leur offrir. Deuxièmement, l'élevage intensif conduit à la consanguinité et provoque de graves dysfonctionnements génétiques et médicaux. De plus, on n’apprend pas à ces petits à avoir peur des hommes comme c’est le cas chez leurs congénères sauvages. Ayant été élevés au biberon, ils ne voient plus les hommes comme une menace. Cela en fait des candidats très peu adaptés à la vie sauvage et une proie facile pour l'industrie de la chasse en conserve. Imaginez un lion dans la nature qui n'a pas peur des hommes et qui a appris à les associer à la nourriture. Très dangereux !

La vérité: il s’agit d’une industrie du divertissement

Les petits restent de la marchandise. Une fois qu’ils ont plus de six mois, ils deviennent trop gros pour que les touristes et les volontaires puissent les caresser. À ce moment-là, les touristes et les volontaires partent en promenade avec eux. Lorsque les lions dépassent ce stade et deviennent trop dangereux pour marcher avec eux, ils sont vendus ou gardés comme animaux reproducteurs. Il est très probable que ces animaux finissent dans l’industrie de la « chasse en conserve ».

Le mesnongse « faites le bien, faites du volontariat »

Les touristes sont non seulement trompés mais ces fermes d’élevage ont également mis sur pied des projets de volontariat. Pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois, ces volontaires travaillent dans les élevages et doivent généralement débourser beaucoup d’argent pour participer à ces projets. Les fermes jouent avec les sentiments des bénévoles qui veulent faire quelque chose de bien pour les animaux et la conservation. Malheureusement, ils sont bernés encore et encore. Ces types de projets n'ont rien à voir avec la protection des espèces ou des animaux. Les lionceaux souffrent dans ces fermes d’élevage. Quelqu'un qui travaille bénévolement dans une de ces fermes d'élevage ou qui veut acquérir une expérience professionnelle, soutient indirectement cette horrible industrie, même s’il n’en est pas conscient ou bien que ce n’est pas dans ses intentions.

Des implications en matière de bien-être: Troubles du comportement et mauvais développement

La reproduction intensive des grands félins a des grosses implications en matière de santé et de bien-être. Les lionnes en captivité sont constamment en gestation et la consanguinité est fréquente, créant ainsi une progéniture présentant des difformités et/ou des problèmes de santé.

Dans la nature, les petits dorment une grande partie de la journée, alors qu'en captivité, ils sont manipulés et touchés toute la journée. Les visiteurs qui payent peuvent souvent jouer, caresser et câliner les lionceaux, les tigres et les guépards sur de longues périodes, de 8 à 10 heures par jour, sept jours par semaine, ce qui génère une somme d'argent importante pour l'établissement.

Caresser et jouer avec des lionceaux génèrent du stress chez les animaux. Les petits doivent se reposer et être en contact avec des membres plus âgés de leur espèce. Les contacts intensifs avec des personnes étrangères et les conditions souvent médiocres dans lesquelles les animaux sont détenus entraînent de graves troubles du comportement et un mauvais développement mental et physique.

Le fait de garder des prédateurs sauvages dans des enclos comme attractions touristiques est cruel, angoissant pour les animaux et contre nature. Les conditions de détention sont souvent inadaptées, manquent d’enrichissement, de soins médicaux et des besoins basiques tels que l’eau et la nourriture, qui bien souvent, ne sont pas fournis. Et tout cela au profit de notre divertissement, pour transformer un animal sauvage en accessoire de photo, et simplement transformer la vie sauvage en une marchandise.

NE CARESSER PAS UN LIONCEAU, UN GUÉPARDEAU OU UN TIGREAU, CAR VOUS DEVIENDREZ UNE PARTIE DU PROBLÈME

La tentation de câliner ou de caresser un lionceau peut être difficile à résister, mais il s’agit réellement d’une grosse arnaque.

Recherche