Chien Harald

L'histoire d'Harald

Le plus grand amour et la plus grande perte!

28.8.2022

Il y a quatre ans, mon petit carlin Harald, alors âgé de sept ans et demi, est malheureusement tombé très malade. Nous ne nous y attendions pas et le diagnostic a été un grand choc. Il n'allait pas bien depuis environ deux semaines, mais au début, cela ressemblait à une petite infection. Il était un peu faible et affectueux, et il dormait beaucoup, mais à part cela, il ne montrait aucun signe de maladie grave. Nous avons consulté le vétérinaire, qui a donné des antibiotiques à Harald. Mais son état s'est malgré tout dégradé de jour en jour, même si cela alternait avec des hauts passagers qui nous faisaient croire que tout était rentré dans l'ordre. Harald savait probablement déjà ce qui allait arriver et voulait nous garder de bonne humeur.

Il s'affaiblissait de plus en plus, alors bien sûr, nous sommes retournés chez le vétérinaire. Une assistante de consultation, qui connaissait bien Harald, nous a dit avec un regard sérieux que nous devions l'emmener immédiatement à la clinique vétérinaire. Mon mari s'est rapidement préparé et a enveloppé Harald dans une couverture douillette pour le conduire à la clinique. Je les ai embrassés tous les deux, j'ai embrassé Harald sur le front et je lui ai dit que je le rejoindrais dès que possible.

C'est alors que j'ai reçu l'appel de mon mari: "C'est un cancer !" Je ne comprenais pas. Harald n'avait aucun des symptômes habituels ni aucune tumeur visible - comment pouvait-il s'agir d'un cancer? Il était jeune et en bonne santé, il était même en forme. J'ai vraiment eu peur et j'ai éclaté en sanglots.

Quand je suis arrivée à la clinique, on m'a immédiatement emmenée voir Harald. Mon mari était assis devant son visage et lui parlait, mais Harald était déjà très faible. De temps en temps, il ouvrait les yeux, un peu absent. Je me suis assise près de lui et je lui ai parlé. J'avais l'impression que ma voix le rassurait et qu'il sentait maintenant que tout le monde était là pour lui dire au revoir. C'était comme s'il avait attendu que je sois là parce que mon mari lui avait dit que je viendrais. Il l'a compris.

Un peu plus tard, la vétérinaire est entrée avec le diagnostic complet. Elle m'a tout expliqué, mais je voulais juste être avec Harald.

«Votre chien a une très grosse tumeur dans le cœur. La tumeur s'est déjà propagée dans ses poumons et au niveau de son cerveau et elle est extrêmement maligne. Nous ne pouvons plus rien faire pour lui. Harald va perdre conscience et il est probable que ses poumons seront les premiers à se remplir d'eau, car son cœur a beaucoup de mal à supporter une tumeur de cette taille».

À ce moment-là, Harald a commencé à haleter en respirant. L'eau pénétrait déjà dans ses poumons et il avait du mal à reprendre son souffle. Il risquait de s'étouffer. J'étais maintenant assis sur le siège devant le visage de Harald et nous avons décidé qu'il devait recevoir l'injection salvatrice pour ne pas mourir d'insuffisance respiratoire.

Nous sommes rentrés chez nous et avons organisé les funérailles. Nous l'avons pleuré - pleuré et pleuré encore. Tout nous le rappelait. Où que nous allions, à l'extérieur ou à l'intérieur, tout était empreint de souvenirs - de beaux souvenirs, mais qui étaient maintenant éclipsés par ce deuil.

Cela fait maintenant quatre ans, et souvent - surtout lors des anniversaires de la mort de Harald - ce sentiment lancinant de perte nous revient en mémoire. Mais les bons moments reviennent peu à peu et repoussent la tristesse à un niveau plus ou moins supportable, de sorte que les nombreux bons souvenirs ont la place qu'ils méritent. Tant de belles années passées ensemble, avec tant d'expériences formidables et de moments intimes... tout cela en valait la peine!

Faire ses adieux

Faire ses adieux

QUATRE PATTES vous aide à traverser cette période difficile

EN SAVOIR PLUS

Recherche