Recherche

Faire un don Parrainages

les problèmes liés au transport des animaux vivants

4.4.2019

Faim, soif, exigüité et membres fracturés : le transport d'animaux vivants est souvent une torture insoutenable pour les animaux

Plus d'un milliard de poulets et volailles et 37 millions de bœufs, porcs, moutons, chèvres et chevaux vivants sont transportés chaque année à travers les frontières de l'UE et/ou en provenance et/ou à destination de pays tiers. Les transports d'animaux posent souvent d'énormes problèmes de bien-être animal en raison de la durée beaucoup trop longue ainsi que des très mauvaises conditions de transport. Les animaux sont entassés dans des transporteurs pendant des jours et des jours, des semaines et des semaines. Ils souffrent de la chaleur ou du froid insoutenables, ont soif, faim et peur et ils sont soumis à un stress incommensurable.

Le transport des animaux ne se fait pas seulement par la route, mais aussi par la mer. Pendant des jours et des semaines, ils doivent rester debout dans un espace confiné sur des navires. Bien souvent des animaux complètement épuisés sont hissés hors des cales à l'aide d'une grue. De nombreux animaux ne survivent pas à cette torture, ils meurent dans de terribles souffrances lors de la traversée de la Méditerranée.

En particulier, les animaux destinés à l'abattage sont généralement transportés dans des conditions inappropriées pendant plusieurs jours, ce qui entraîne des blessures graves et des décès cruels. Mais ce sont souvent les animaux déclarés comme animaux d’élevage qui, gravides, sont transportés sur des milliers de kilomètres pendant plusieurs jours. Les vêlages prématurés se produisent fréquemment durant ces transports. Dans de nombreux pays destinataires, il n'existe aucune norme de bien-être animal et de plus il n'est même pas possible de créer des populations d’élevage avec des races européennes à haute performance. Les animaux qui survivent à ce voyage de la mort sont traites après la naissance de leur veau, après quoi une mort cruelle les attend.

Les transports sans pauses allant jusqu’à 14 heures sont permis pour les bœufs.

Depuis 2007, le règlement (CE) n° 1/2005 s'applique quant à la protection des animaux en cours de transport. Toutefois, ce règlement est plus que contestable et doit être révisé d'urgence. Tant que certaines conditions concernant le véhicule sont remplies, il est permis de transporter des porcs durant 24 heures sans pause et des bœufs 29 heures, avec une pause d'une heure, et de répéter ces périodes aussi souvent que nécessaire. Ainsi les animaux peuvent voyager pendant des jours ou des semaines. Les animaux passent souvent les pauses prescrites enfermés dans les camions. Après d'importantes protestations, la Commission européenne a annoncé une révision du règlement, mais l'a toujours reportée. Après que le rapport de la Commission de l'agriculture de l'UE ait révélé de graves manquements dans le cadre du commerce des animaux, le Parlement européen exige maintenant des règles plus strictes concernant le transport des animaux.

Les gouvernements de l'Allemagne, des Pays-Bas et du Danemark ont demandé à la Commission européenne de réviser la fameuse loi européenne sur le transport des animaux (règlement (CE) n° 1/2005). La Suède s'y est associée et souhaite également mettre en œuvre une révision.

Les autres gouvernements des États membres de l'UE doivent également soutenir cette initiative et exercer davantage de pression sur la Commission européenne afin d’assurer de meilleures conditions de transport pour les animaux et finalement interdire les transports longues distances.

Bien qu'en 2015, la Cour européenne de justice ait décidé que les exigences de l'UE en matière de bien-être animal pour le transport des animaux s'appliquent également au-delà des frontières de l'UE jusqu'à leur destination, il est évident que ces exigences ne sont pas respectées. Les États membres devraient être beaucoup plus actifs dans ce domaine et ne plus délivrer des autorisations de transport si le bien-être des animaux n’est pas garanti.

quatre pattes exige

  • L’interdiction des transports longues distances d'animaux vivants vers des pays tiers
  • La dissolution de tous les accords existants concernant l'exportation d'animaux vivants vers des pays tiers
  • Une limitation de la durée de transport des animaux vivants à un maximum de 8 heures
  • L'abattage des animaux dans l'abattoir approprié le plus proche
  • Davantage de contrôles ponctuels et des sanctions plus sévères lors de la constatation d’infractions
  • Le transport de viande plutôt que les animaux de boucherie
  • La mise en œuvre d'alternatives au transport des animaux d'élevage, telles que le transfert de sperme
  • Une révision du règlement de l'UE sur le transport des animaux (en particulier sur les durées des transports, l'espace disponible, les températures).