Faire un donParrainage

La vraie fourrure, pas top pour l’image de marque !

11.1.2021

QUATRE PATTES lance une campagne contre la maison de mode suisse « Fashion Stylers »

Zurich, le 11 janvier 2021 – Dans la prochaine phase de sa campagne contre la fourrure, l’organisation internationale de protection des animaux QUATRE PATTES exhortera l’entreprise de mode « Fashion Stylers » à se détourner du commerce de la fourrure. Cette entreprise internationale de vente par correspondance en ligne est l’une des rares entreprises textiles présentes sur le marché des pays germanophones à encore vendre de la véritable fourrure à grande échelle. Compte tenu des nombreux abattages réalisés dans les élevages d’animaux à fourrure danois, il est particulièrement important de sensibiliser les consommateurs à la souffrance que doivent endurer les animaux exploités pour leur fourrure.  

La détention et l’abattage d’animaux pour l’obtention de fourrures destinées à l’industrie de la mode sont rejetés par 83% des Suisses. C’est ce qui ressort d’une enquête récente réalisée par QUATRE PATTES. Bien que la société « Fashion Stylers » se dise avant-gardiste, elle est à la traîne par rapport aux autres entreprises textiles suisses en matière de protection animale.

 « En vendant des manteaux, des chaussures et des accessoires en vraie fourrure, « Fashion Stylers » soutient les conditions de détention ignobles et la souffrance dans les élevages d’animaux à fourrure. Nous demandons donc à « Fashion Stylers » d’évoluer avec son temps et de cesser de vendre des produits constitués de vraie fourrure. Malheureusement, la société n’a pas encore répondu à nos demandes de contact. »

Dominik del Castillo, responsable de la campagne chez QUATRE PATTES

QUATRE PATTES serait ravi de pouvoir soutenir « Fashion Stylers » dans son chemin vers un avenir sans fourrure, ce qui correspond à l’esprit de notre époque. 


« Fashion Stylers », un des derniers irréductibles en Suisse 
La marque « Fashion Stylers » appartient à la Highstreet GmbH et son siège social se trouve en Suisse. Le groupe se considère comme entreprise de mode haut de gamme et exploite notamment un magasin dans l’un des centres commerciaux les plus importants de Suisse. La distribution des articles de mode se fait principalement par le biais de son activité de vente en ligne. Dans l'assortiment en constante évolution, il y a un grand choix d’articles et d’accessoires en fourrure de renard et de chien de martre, mais pour certains, il n'est pas clairement déclaré de quelle espèce animale provient la vraie fourrure. En effet, ils ne sont pas toujours étiquetés conformément à l’ordonnance sur la déclaration des fourrures. La fourrure des articles correctement déclarés provient en général d’élevages où les animaux sont détenus dans des cages au sol grillagé, non autorisées en Suisse. 

La barbarie de l’industrie de la fourrure 
Ces derniers mois, des foyers de COVID-19 se sont déclarés à répétition dans des élevages d’animaux à fourrure du monde entier. Aux États-Unis ainsi qu’en Irlande, aux Pays-Bas et au Danemark, des visons ont été infectés par le coronavirus. En conséquence, les Pays-Bas ont annoncé leur sortie anticipée de l’industrie de la fourrure. Au Danemark, des infections au coronavirus ont été recensées dans plus de 300 élevages de visons depuis le mois d’août. Malgré les mesures de quarantaine mises en place, le virus a muté et les collaborateurs des élevages d’animaux à fourrure l’ont contracté des visons malades. Pour protéger la population, des millions de visons ont cruellement été abattus dans un total de 1’140 élevages d’animaux à fourrure danois.  

La fourrure n’a plus la cote 
Chaque année, plus de 100 millions d’animaux meurent pour répondre aux besoins de l’industrie de la fourrure. Les visons, les renards et les chiens viverrins souffrent enfermés dans de minuscules cages grillagées au sein des exploitations. Pour la fourrure provenant d’animaux sauvages, d’autres espèces meurent d’une mort atroce dans des pièges. En outre, de grandes quantités de produits chimiques toxiques sont utilisées pour la transformation des fourrures. QUATRE PATTES travaille depuis de nombreuses années autour de la thématique de la fourrure, à un niveau international et s’engage en Suisse pour une interdiction de l’importation des produits en fourrure. 

L’heure d’agir est arrivée 
QUATRE PATTES invite « Fashion Stylers » à se détourner du commerce de la fourrure. Moyennant l’outil de protestation mis en ligne sur le site web de QUATRE PATTES, les sympathisants peuvent adresser un courriel de protestation à l’entreprise et ainsi envoyer un signal fort contre le commerce de la fourrure. « Chaque courriel de protestation contribuera à sensibiliser « Fashion Stylers »», explique Dominik del Castillo. « En outre, vous pouvez également signer notre pétition, opérationnelle à échelle internationale, pour la fermeture des élevages d’animaux à fourrure en Europe. Ensemble pour une Europe sans fourrure. » 

Tous les résultats de l’enquête de QUATRE PATTES sur la fourrure peuvent être consultés ici

Vous pouvez accéder à l’outil de protestation ici, la pétition pour la fermeture des élevages d’animaux à fourrure se trouve ici

Vous trouverez de plus amples informations sur la fourrure et le bien-être animal ici

 

Au sujet de QUATRE PATTES
QUATRE PATTES est l’organisation mondiale de protection des animaux sous influence humaine directe, qui révèle leurs souffrances, sauve les animaux en détresse et les protège. Fondée en 1988 à Vienne par Heli Dungler, l'organisation plaide pour un monde où les Hommes traitent les animaux avec respect, compassion et compréhension. Les campagnes et projets durables se concentrent sur les chiens et chats errants ainsi que sur les animaux de compagnie, les animaux de rente et les animaux sauvages – tels que les ours, les grands félins, les orangs-outans et les éléphants – vivant dans de mauvaises conditions de détention ainsi que dans les zones de catastrophe et de conflit. Avec des bureaux en Afrique du Sud, Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Bulgarie, Hongrie, Kosovo, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suisse, Thaïlande, Ukraine, USA et Vietnam ainsi que des refuges pour animaux en détresse dans douze pays, QUATRE PATTES fournit une aide rapide et des solutions durables. La Fondation est en outre un partenaire d'Arosa Terre des Ours, le premier refuge en Suisse qui offre aux ours sauvés de mauvaises conditions de détention un environnement adapté à l’espèce. www.quatre-pattes.ch/   

Sylvie Jetzer

Sylvie Jetzer

Communication Suisse

sylvie.jetzer@vier-pfoten.org

+41 43 501 57 49

QUATRE PATTES – Fondation pour la protection des animaux