Recherche

Faire un donParrainage

La folie du lait : la souffrance des vaches laitières

Quelles souffrances se cachent derrière votre verre de lait ?

Seule une vache ayant donné naissance à un veau peut produire du lait

La tâche principale d'une vache laitière est de produire beaucoup de lait destiné à la consommation humaine. Toutefois, celle-ci ne produit du lait qu'après avoir donné naissance à un veau. La vache est donc inséminée artificiellement pour la première fois lorsqu'elle atteint sa maturité sexuelle entre l'âge de 16 et 18 mois. Juste après le vêlage, la vache produit du lait que les humains s'accaparent. C'est la raison pour laquelle la vache et son veau sont séparés l'un de l'autre seulement quelques heures ou quelques jours après la mise bas, un traumatisme psychologique considérable pour chacun d’entre eux.

Le veau reçoit principalement un lait de substitution, fait d'un mélange d’eau et de lait écrémé. Par conséquent, celui-ci devient sujet aux maladies et des problèmes comportementaux apparaissent car le veau ne peut pas satisfaire son besoin naturel de téter le pis de sa mère. Ces veaux ne reçoivent jamais l'affection et l'attention de leur mère, leur souffrance est donc difficile à imaginer.

Les fermes individuelles prouvent qu'il est possible de faire autrement en exploitant les vaches laitières de façon alternative. Dans ce qu'on appelle « l'élevage de veaux sous la mère », le veau et sa mère peuvent rester longtemps ensemble.

Après le vêlage, une vache laitière est inséminée aussi vite que possible, de façon à ce qu'elle soit déjà très avancée dans sa gestation lorsque son cycle laitier actuel arrive à son terme. Chez les vaches laitières, la « période sèche » est limitée à environ huit semaines par an. 

Le rendement laitier par vache, c'est à dire la quantité de lait qu'une vache produit chaque année, n'a cessé de croître ces dernières années. Les vaches laitières à haut rendement donnent jusqu'à 12'000 litres de lait par an, soit plus de 30 litres par jour. Pour qu'elles puissent produire un rendement laitier aussi élevé, elles reçoivent de gigantesques quantités de concentrés tels que des céréales et du soja.

On demande aux vaches de produire de plus en plus de lait

Le rendement laitier par vache, c'est-à-dire la quantité de lait qu'une vache produit par an, n'a cessé d'augmenter ces dernières années. Dans de nombreux pays européens, le rendement par vache a plus que doublé au cours des 40 dernières années. Cette augmentation spectaculaire du rendement est due aux progrès rapides en matière de génétique et de gestion. Jusqu’au milieu des années 80, l'augmentation du rendement laitier était principalement le résultat d'une meilleure gestion, et en particulier d'une meilleure application des normes nutritionnelles et d'une amélioration de la qualité des fourrages.

Depuis, la génétique et l'alimentation intensive sont devenues les deux principaux facteurs responsables de l’augmentation des rendements, et notamment via l'utilisation de l'insémination artificielle, de la sélection intensive basée sur la progéniture des taureaux et de la distribution mondiale de semence provenant de taureaux ayant un profil génétique idéal, correspondant le mieux possible aux buts d’élevage. Aux États-Unis, il n’est pas rare de voir une production moyenne par vache de plus de 10' 000 kg de lait, et ce constat est de plus en plus courant en Europe. Actuellement, la moyenne européenne est de plus de 7'000 litres par vache1 et elle ne cesse d'augmenter. 

Malades en raison d'une importante production de lait

L'alimentation des vaches n'est pas appropriée car les bovins sont des ruminants, qui se nourrissent généralement d'herbe ou de foin. La production intensive de lait les amène à atteindre leurs limites physiques. Elles souffrent de troubles métaboliques qui mettent leur vie en danger et d'infections douloureuses des mamelles. En raison de leur alimentation très concentrée, de nombreux animaux connaissent également une forte acidification du rumen (perturbation de l'équilibre du rumen de la vache).

Les vaches laitières sont généralement très amaigries après seulement une courte période de traite, car c'est à ce moment que la production de lait est la plus élevée et elles ne peuvent pas compenser le nombre de calories brûlées lors de la production de leur lait. Pendant cette période, il est également difficile pour elles de marcher correctement en raison de la taille importante de leur pis. À cause des énormes quantités de concentré reçues, la croissance, la santé et la guérison de leurs onglons sont perturbées comparé aux vaches recevant une alimentation à base de fourrage d'herbe et de foin comme c’est le cas dans les troupeaux de vaches allaitantes.

En moyenne, un tiers des troupeaux de bovins sont abattus chaque année et remplacés par de nouveaux animaux, ce qui représente plus de 8,9 millions d'animaux dans l'Union européenne2. En moyenne, une vache laitière ne vit pas plus de cinq ans, même si les bovins n'atteignent leur maturité qu'à leurs cinq ans et que leur espérance de vie naturelle est de 20 ans.

Que puis-je mettre en place pour soutenir un élevage de vaches laitières respectueux des animaux?

  • Opposez-vous aux conditions d'élevage atroces
  • Lorsque vous achetez des produits laitiers, informez-vous sur les conditions d'élevage de l'animal et n'utilisez pas de produits issus de mauvaises conditions d’élevage
  • Préférez plutôt les produits respectueux des animaux et/ou issus de l'agriculture biologique Essayez de limiter votre consommation de lait
  • Achetez des produits de substitution à base de plantes, comme le lait d'avoine ou le lait de riz ou bien des produits fabriqués à partir de ces produits. Il existe maintenant un grand choix de « laits », « yaourts » ou « fromages » au rayon végétalien
  • Au restaurant et dans les cafés, renseignez-vous également sur l'origine du lait utilisé ou sur les substituts végétaux disponibles. Par exemple, de nombreux restaurants proposent du lait végétal au lieu de la crème à café ou seraient prêts à les inclure dans leur offre, si la demande était suffisante

jusqu'à 12.000 Litres par an 

C'est la quantité de lait produite par les vaches laitières. A échelle humaine, cela correspond à un athlète de haut niveau qui devrait courir un marathon par jour

QUATRE PATTES demande…

  • L'élevage des veaux sous la mère - la séparation d'un veau et de sa mère devrait être interdite ou, au minimum, remplacée par des vaches allaitantes de substitution
  • L'nterdiction des procédures de prise en charge douloureuses, en lien avec des blessures
  • L'interdiction complète d'attacher les animaux et d'avoir des sols entièrement en caillebotis, ainsi qu'une réduction de la densité d'élevage dans les stalles
  • Une production laitière moins importante et des intervalles de vêlage plus longs, ceci ayant un impact très positif sur la santé et le bien-être des animaux
  • Une évolution vers des races mixtes
  • Un meilleur soutien financier apporté aux agriculteurs qui adoptent des systèmes d'élevage respectueux du bien-être des animaux. La législation européenne doit prendre en compte le bien-être des animaux dans le versement de ses subventions

QUATRE PATTE vise à un changement structurel général de l'industrie laitière. QUATRE PATTES s'oppose à la pratique courante consistant à séparer le veau et la mère immédiatement après la naissance, car celle-ci est en contradiction avec les besoins des animaux. QUATRE PATTES apporte son soutien aux agriculteurs désireux de changer leur système de gestion pour passer à l'élevage sous la mère ou à l'élevage des veaux avec des vaches allaitantes. Toutefois, à grande échelle, l'amélioration des conditions pour les animaux ne sera possible que si la consommation de produits laitiers décline.

Source
(1) eurostat
(2) https://www.indexmundi.com/agriculture/?country=eu&commodity=cattle&graph=total-slaughter

Des faits effrayants

Les publicités montrent souvent des photos de vaches sur des prairies. Ne vous laissez pas tromper: très peu de vaches laitières peuvent découvrir le pâturage