Faire un donParrainage
Lion en Afrique du Sud

La chasse aux « trophées » - Tuer un lion pour le plaisir

En Afrique du Sud des lions sont élevés pour être tués 

26.2.2021

L'Afrique du Sud est une destination touristique extrêmement populaire. Avec ses paysages magnifiques et sa faune étonnante, elle attire toutes sortes de voyageurs; des amoureux de la nature qui veulent faire un safari dans le parc national Kruger aux chasseurs qui veulent voir la faune pour une autre raison.

De nombreux chasseurs internationaux se rendent dans la région pour participer à une « chasse aux trophées », au cours de laquelle les chasseurs ramènent chez eux des animaux morts sous forme de trophées qu'ils exposent sur leurs étagères en guise de souvenirs. Presque toutes les espèces sauvages sont disponibles pour la chasse aux trophées, même les espèces menacées telles que les lions et les éléphants d'Afrique - c'est juste une question d'argent.

L'Afrique du Sud abrite près de 300 espèces de mammifères sauvages, dont les «cinq grands  » - lion, léopard, éléphant, rhinocéro et buffle du Cap - et possède une sinistre industrie d'animaux sauvages en captivité.

De 2008 à 2018, l'Afrique du Sud a exporté en moyenne plus de 1'000 trophées de chasse au lion par an, la plupart provenant de lions élevés en captivité. L'élevage en captivité facilite également la rareté des animaux, comme les lions blancs et les tigres blancs, qui ont plus de valeur et sont très demandés par les chasseurs de trophées. Les cinq principaux pays vers lesquels l'Afrique du Sud exporte sont les États-Unis, l'Espagne, la Russie, le Canada et la Chine.

L'industrie de l'élevage utilise des animaux tels que les lions pour attirer les touristes non avertis sous prétexte qu'il s'agit d'un élevage durable. Plus tard, ces animaux seront utilisés comme cibles faciles pour le commerce de chasse, ou ils seront tués et vendus pour leurs parties et leurs dérivés, principalement pour l'usage de la « médecine traditionnelle » en Asie.

En quoi consiste la « chasse close »?

En 1997, le Cook Report, un documentaire d'investigation de la télévision britannique, a révélé l'industrie de l'élevage de lions en captivité en Afrique du Sud et a introduit l'expression « chasse close ».  Ce terme est utilisé pour le tir commercial de grands félins élevés en captivité et souvent habitués aux humains dans des enclos clôturés et confinés dans des fermes de chasse privées, où l'animal n'a que peu ou pas de chance de s'échapper.

La chasse close augmente les chances de tuer avec succès l'animal au plus vite possible et est particulièrement populaire auprès des chasseurs inexpérimentés. Dans certains cas, les gros félins sont drogués pour que le chasseur puisse atteindre sa cible encore plus facilement.

Les partisans de ce type de chasse aux trophées utilisent souvent des termes tels que « chasse en ranch », « chasse en captivité » ou « chasse en boîte» au lieu du terme «  chasse close ». Toutefois, il ne s'agit que de sémantique, car ces mots décrivent tous le même type de chasse aux trophées qui n'implique pas une « chasse juste ».

En quoi consiste la « chasse juste »

La « chasse juste » est un terme utilisé par les associations professionnelles de chasseurs pour décrire un type de chasse aux trophées qui implique des animaux sauvages présentant des comportements naturels et qui se déroule dans de vastes zones où les animaux ont la possibilité de s'échapper.

La chasse close

Une question d'argent

Entre la quatrième et la septième année de leur vie, les lions atteignent leur « âge de trophée »  et sont proposés à la chasse. Dans de nombreux cas, la chasse n'a pas lieu dans les fermes où l'animal a été élevé. Les lions sont alors transportés dans d'autres régions et y sont abattus. La plupart des zones d'élevage et de chasse en Afrique du Sud sont situées dans les provinces de l'État libre, du Nord-Ouest et du Limpopo. Dans environ 300 fermes, entre 10'000 et 12'000 lions attendent leur mort. En Afrique du Sud, 2 à 3 lions sont abattus chaque jour dans le cadre de l'industrie de la chasse.

La chasse clos est un passetemps pour une minorité venant des pays riches industrialisés. Plus le porte-monnaie est épais, plus la trophée est importante. L'abattage d'un lion mâle coûte environ 25'000 euros et les animaux ayant une crinière particulièrement sombre et épaisse sont parfois même vendus pour 45'000 euros. Il est possible d'obtenir des lionnes pour 5'000 euros ou moins. Dans certains élevages, même les lionceaux sont proposés à la chasse !

La vie des « lions protégés »

Les partisans de la chasse close affirment que cette forme de chasse aux trophées sert à protéger l'espèce. Les chasseurs qui tirent des lions à cause de l'industrie de la chasse close n'auront pas à tirer sur des lions sauvages. En fait, le contraire est vrai : le commerce légal, facilité par l'industrie de la chasse aux trophées, ouvre la voie au commerce illégal et constitue une réelle menace pour les populations de grands félins sauvages.

En outre, le gouvernement sud-africain autorise l'exportation de squelettes de lions. Les squelettes de lions, ainsi que les produits d'autres grands félins menacés comme les tigres, sont exportés en Asie où ils sont utilisés comme ingrédients pour le marché de la « médecine traditionnelle » . L'Afrique du Sud maintient un quota d'exportation controversé de 800 squelettes de lions, qui a été établi sur la base d'une recherche triée sur le volet et de déductions douteuses. Ce quota augmente la pression sur les grands félins vivants et menacés, en stimulant la demande de produits issus de ces animaux. Le quota a un effet négatif sur les lions sauvages, ce qui est souligné par l'augmentation récente du braconnage des lions sauvages pour leurs parties du corps.

Recherche