Faire un donParrainage

COVID-19 dans les fermes à fourrure

Nous devons agir immédiatement pour éviter tout danger pour les humains et les animaux

Depuis avril 2020, le SARS-CoV-2, le virus qui provoque le COVID-19, ravage les élevages de visons. On a constaté que des centaines d'élevages de visons dans des pays comme les Pays-Bas, les États-Unis, le Danemark, la Suède, l'Italie, la France, la Grèce, l'Espagne, le Canada et la Lituanie comptaient des animaux infectés.

Des millions d'animaux tués

Dans les pays touchés, les exploitations infectées ont pour la plupart tué tous les animaux. Rien qu'au Danemark, le plus grand producteur européen de fourrure, tous les visons, soit 17 millions d'animaux, ont été tués. Cela inclut les animaux des fermes non infectées. Au Danemark, une forme mutée du coronavirus avait été précédemment détectée chez des humains malades, qui s'était développée chez le vison et était revenue à l'homme. Normalement, dans les élevages de visons, la mise à mort pour la production de fourrure, appelée  « saison des récoltes », commence à la fin du mois de novembre.

des visons dans une ferme à fourrure

Un danger pour l'homme et les animaux

Les visons élevés pour leur fourrure sont détenus dans de minuscules cages. Ainsi, les animaux n'ont aucune chance de satisfaire leurs besoins fondamentaux. 

L'exiguïté, les mauvaises conditions d'hygiène, le stress, les blessures, les maladies, les soins vétérinaires minimaux et le manque de diversité génétique font des fermes à fourrure un lieu idéal pour la transmission et pour la mutation d'un virus. Il est scientifiquement prouvé que les visons sont très sensibles à la COVID-19. Même les tanuki peuvent être infectés par le virus et le transmettre. Bien que des mesures de sécurité plus strictes aient été prises, le virus est en augmentation dans les élevages de visons.

Ces foyers représentent non seulement un risque pour les animaux eux-mêmes, mais aussi pour les ouvriers agricoles et les résidents vivant à proximité des fermes. Au Danemark, plus de 200 personnes ont été infectées par le SARS-CoV-2 dans des élevages de visons. Le virus a déjà muté en de nouvelles souches. L'évolution du virus chez le vison pourrait compromettre l'efficacité des futurs vaccins.

Vingt pays ont déjà pris des mesures

La mort de millions de visons est une tragédie pour le bien-être animal - qu'ils soient abattus en raison du COVID-19 ou tués pour leur fourrure. En même temps, c'est une opportunité qui donne aux gouvernements responsables une chance de mettre un terme à cette industrie cruelle et dépassée. 
 

Certains pays ont déjà saisi cette opportunité : 

  • En raison de l'apparition massive de COVID-19 dans les élevages de visons, les Pays-Bas ont annoncé la fin anticipée des élevages d'animaux à fourrure en août 2020. Depuis 2021, l'élevage de visons est interdit.
  • En septembre 2020, la France a également décidé de mettre fin à ses élevages de visons.
  • En novembre 2020, la Hongrie a interdit l'élevage de visons, de renards et de putois en raison de préoccupations liées au bien-être des animaux et de risques pour la santé publique
  • En janvier 2021, la Suède a décidé de stopper l'élevage de visons en 2021, ce qui signifie qu'aucun élevage n'aura lieu. En Flandre (la dernière région belge avec des élevages de visons), les éleveurs de visons ont déclaré volontairement suspendre la production jusqu'à la fin de 2021.
  • En février 2021, l'Italie a décidé de suspendre l'élevage de visons pour toute l'année 2021.

Nos exigences :

QUATRE PATTES demande l'interdiction des fermes à fourrure dans toute l'UE et la fin du commerce des produits en fourrure. Des mesures rapides pour contenir la pandémie de SARS-CoV-2 sont nécessaires à l'heure actuelle, jusqu'à ce qu'une interdiction soit mise en œuvre dans toute l'UE : 

  • la détention de visons et de chiens viverrins est interdite dans toute l'Europe en tant que mesure d'urgence.
  • tout transport de visons vivants et de chiens viverrins est interdit tant à travers les frontières qu'à l'intérieur des États membres de l'UE et de la Suisse.
  • l'importation de visons et de chiens viverrins de pays tiers dans l'UE et en Suisse devrait être interdite.
  • l'exportation et l'importation de fourrures brutes tant au sein de l'UE et de la Suisse qu'en provenance et à destination de pays tiers doivent être interdites.
  • test obligatoire de COVID-19 dans toutes les fermes à fourrure et l'enregistrement des fermes devraient être introduits avec effet immédiat.

INTERDICTION DES FERMES À FOURRURE 

Soutenez notre lutte

Signez notre pétition

Recherche