Faire un donParrainage
De la viande cultivé

cultivated meat: la viande du futur?

Une production de viande sans devoir tuer des animaux : quelques informations de fond concernant la cultivated meat

Aujourd'hui, la production d'aliments d’origine animale oblige des milliards de créatures sensibles et intelligentes à vivre dans des conditions extrêmes où elles subissent des traumatismes psychologiques et des interventions douloureuses. S'il y avait un moyen de produire de la viande qui ressemble, sent et a le même goût que la vraie viande sans devoir pratiquer de l’élevage industriel ou abattre des animaux, le public serait-il disposé à la manger ?

Quel nom donner au produit ?

Plusieurs startups comme Mosa Meat, Hampton Creek et Meats Memphis ne travaillent actuellement qu’à une seule chose - la production de viande sans pour autant devoir tuer un animal. La production de viande de culture appelée «clean meat» ou «cultivated meat» , fabriquée in vitro ou en laboratoire, est une technologie de pointe qui pourrait bien révolutionner le système alimentaire mondial.

Selon le «Good Food Institute» (Etats-Unis d’Amérique), le terme «clean meat» [«viande propre» en français] est une dénomination appropriée, parce que le concept est similaire à celui de l’«énergie propre». Ce terme décrit des aspects importants de la technologie : l'impact positif sur l'environnement d'une part et l'absence d'agents pathogènes ou de résidus de produits phamaceutiques d’autre part. Le résultat final mérite donc d’être mis en évidence - la viande «clean», donc propre. Cependant, après une étude approfondie sur les consommateurs menée par le GFI en collaboration avec une entreprise indépendante d'innovation en matière d'alimentation et de boissons, le terme «viande cultivé» s'est révélé le plus séduisant. Ce terme, comme l'indique le GFI, n'exclut pas les acteurs actuels de l'industrie de la viande de se joindre à la conversation, est applicable dans un contexte réglementaire et trouve un écho auprès des consommateurs pour qu'ils prennent des décisions plus éclairées sur leurs choix de viande. 

L'une des startups qui s’investissent dans le développement de la «clean meat», est la société néerlandaise Mosa Meat fondée par le scientifique Dr Mark Poste de l'université de Maastricht. Le Dr Poste a été le premier scientifique à présenter au public un hamburger «cultivated meat» en 2013. Par conséquent, il est également reconnu comme étant le père de la «cultivated meat». Ses trois motifs principaux pour le développement de la «cultivated meat» sont la sécurité alimentaire, le respect de l'environnement et le bien-être des animaux

«L’alimentation de deux milliards supplémentaires de personnes d'ici 2050, et la demande croissante de viande exercent une pression énorme sur la production fourragère, ainsi que sur l'élevage des animaux, en particulier les animaux de rente. 

Les bovins sont en grande partie responsables des émissions de gaz à effet de serre qui pourraient ainsi être endiguées. En termes de bien-être animal, en diminuant le nombre de têtes de bétail, beaucoup moins d’animaux devraient être abattus et les animaux restants pourraient vivre dans de meilleures conditions ».

Dr. Mark Post, inventeur de la «clean meat»

Qu'est-ce que la «cultivated meat» exactement ?

Alors que pour la production de viande classique un animal meurt toujours, la «cultivated meat» est produite au départ de cellules souches prélevées sur les muscles d’animaux vivants – aucun animal ne doit donc mourir. Le prélèvement de cellules souches est similaire à une prise de sang. Les cellules souches sont ensuite mises en culture à l'extérieur du corps de l’animal, peuvent se multiplier et former des tissus musculaires. Après prolifération, les fibres musculaires permettent finalement la production de la viande.

Le produit final correspondant à 100 % à de la viande conventionnelle. Dans le procédé de fabrication initial un sérum provenant de foetus de veau était utilisé. Selon le Dr Post ceci n’est maintenant plus nécessaire. «Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles on renonce au sérum de veau. Tout d'abord, le sérum gangé au départ de foetus n’est pas durable et le procédé est incompatible avec nos normes de bien-être des animaux, en plus il y a un risque de maladie». Des recherches d'optimisation avec un sérum végétal comme liant sont actuellement effectuées 

La «cultivated meat» peut être produite à base de beaucoup de cellules provenant de mammifères, d'oiseaux et même de poissons. Finless Foods est une startup qui se concentre sur le développement des produits à base de poisson. Grâce au prélèvement la matière cellulaire des poissons, l’entreprise est à même de fabriquer des produits à base de poisson sans pour autant tuer des animaux.

L'acceptation est élevée

La «viande propre» est la solution à de nombreux problèmes, mais la production reste confrontée à des défis techniques, financiers et organisationnels. Il subsiste des possibilités d'optimisation dans le processus de fabrication car, en dehors des cellules musculaires, aucun autre ingrédient d'origine animale ne devrait être utilisé.

Afin de poursuivre la recherche et le développement, Mosa Meat et d’autres startups doivent s’appuier sur des ressources financières difficiles à réunir au départ de fonds publics. Beaucoup de gens, y compris le Dr Publiez, sont optimistes pour l'avenir ; de plus en plus d’investisseurs se montrent intéressés et, selon les dernières études, l'acceptation des consommateurs par rapport à la «viande propre» est plutôt positive.

Le Dr Post déclare : «De nombreux sondages menées au sein de l'UE et des États-Unis montrent que la majorité (20 à 50%) des consommateurs essaieraient la «cultivated meat». Nous sommes sûrs qu'une fois que nous aurons atteint la qualité et le prix souhaités, le consommateur reconnaîtra les bénéfices.»

L'introduction de la «cultivated meat» dans les restaurants et les magasins spécialisés prendra environ trois à quatre ans. Il faudra encore trois ans pour que la viande soit disponible dans les supermarchés. L'acceptation de la population montrera si cette viande se développera comme un produit de niche ou comme un produit qui révolutionnera le système alimentaire dans son ensemble.

Que pensez-vous de la «cultivated meat» ? Est-ce que vous l'essayeriez ? N'hésitez pas à nous faire part de vos réflexions : nutrition@four-paws.org

Souhaitez-vous en savoir plus sur Mosa Meat, le Dr en médecine Mark Post et son équipe? Cliquez ici pour consulter le site web : www.mosameat.com

Recherche