Recherche

Faire un don Parrainages

profiter des vacances tout en respectant le bien-être animal

Vous prévoyez de faire des promenades à dos d'éléphant ou de caresser des lionceaux pendant vos vacances ?

Autre pays, autre coutume : c'est ce qui fait toute la beauté des vacances. Il n'en reste pas moins que les normes de bien-être animal en vigueur à l'étranger sont rarement plus strictes que les nôtres. Ce qui peut sembler une activité palpitante ou un délice culinaire aux yeux des vacanciers cache souvent de la torture pour les animaux.

QUATRE PATTES vous donne des conseils pour respecter les animaux pendant vos vacances à l'étranger.

Bien-être animal et tourisme : la souffrance des animaux que vous rencontrez en vacances

Faire des promenades à dos d'éléphant en Thaïlande, assister à des corridas en Espagne ou caresser des lions en Afrique du Sud : les touristes devraient éviter les nombreuses attractions touristiques proposées en vacances, car elles cachent, pour la plupart, des pratiques cruelles envers les animaux. L'une des attractions touristiques les plus répandues à l'étranger, notamment dans les pays exotiques, est la promenade à dos d’éléphant, de poney, d’âne et de chameau. Rarement détenus dans des conditions adaptées à leur espèce, ces animaux sont exposés à des températures élevées toute la journée sans pouvoir s'abreuver. Les éléphants sont, quant à eux, traités avec brutalité dès leur plus jeune âge afin de les rendre plus dociles. D'autre part, tout contact direct avec les éléphants présente de grands risques, comme viennent le prouver les nombreux accidents qui ont déjà eu lieu.

De nombreux spectacles et divertissements impliquant des animaux cachent des souffrances incommensurables, qu'il s'agisse des traditionnelles corridas en Espagne et au Portugal ou encore des combats cruels de chiens, d'ours ou de coq. Avant les corridas, les animaux sont irrités à l'aide de différentes techniques : ils reçoivent des coups sur les reins, sont piqués au niveau des organes génitaux à l'aide d'une aiguille ou ingurgitent des substances visant à leur faire perdre leur sens de l'orientation. Pendant le combat, le taureau reçoit des piques sur le flanc. La cruauté atteint son comble au moment de la mort de l'animal qui s'étouffe avec son propre sang après avoir reçu le « coup de grâce ».

Outre ces soit-disant attractions touristiques, les vacanciers devraient également se méfier des souvenirs. De nombreux magasins vendent des articles en ivoire, en carapace de tortue, en cuir et en corail. En les achetant, vous contribuez à l'extinction d'espèces protégées. La Convention de Washington sur la protection des espèces animales et végétales interdit l'importation de souvenirs provenant d'espèces menacées et prévoit des amendes et des peines d'emprisonnement en cas de contravention.

Ce que vous pouvez faire

  • Évitez les parcs naturels douteux : le bien-être des animaux est la priorité absolue des principaux refuges et réserves naturelles. Les animaux en bonne santé doivent avoir peu de contact avec la volaille et n'être soumis à aucun contact avec les visiteurs pendant leur détention, l'objectif ultime étant de les remettre en liberté, si c'est possible. Les réserves naturelles ne doivent pas organiser de spectacles avec les animaux ni organiser leur reproduction. Ne vous fiez pas aux noms aguicheurs des réserves naturelles et observez-les plutôt de près.
  • Évitez les attractions touristiques impliquant des animaux : évitez de vous promener à dos d’éléphant, de poney et de chameau, de nager avec les dauphins, de caresser ou de nourrir des animaux sauvages. Cette interaction directe ne fait plaisir qu'aux visiteurs, au détriment du bien-être des animaux.
  • N'assistez à aucun spectacle comportant des animaux, même s'ils vous intriguent car les animaux sauvages y sont souvent forcés de réaliser des performances qui vont à l'encontre de leur comportement naturel. D'autre part, leur dressage est basé sur le recours à des punitions. Ces spectacles réduisent les animaux à l'état d'objet pour faire plaisir aux êtres humains. Évitez également les sports et les compétitions impliquant des animaux tels que les combats de taureaux et coqs ou les courses de chevaux ou de chiens.
  • Ne faites ni photos ni selfies avec des animaux : de nombreux touristes aiment prendre des photos avec des animaux sauvages, en particulier les bébés. Ces activités lucratives concernent des animaux qui sont généralement séparés trop tôt de leurs mères, détenus dans des conditions inacceptables et capturés dans la nature.
  • Attention aux souvenirs et à la nourriture : de nombreux magasins et marchés vendent de l'ivoire, des carapaces de tortue ou des produits en cuir fabriqués à partir de la peau d'animaux exotiques. Il est interdit d'importer des souvenirs issus d'espèces menacées. Évitez également les aliments locaux contenant de la viande d’origine douteuse ou d'animaux exotiques.
  • Ne nourrissez pas les animaux : les animaux errants attirent l'attention des vacanciers, en particulier dans les pays du Sud où ils sont nombreux. Si vous aimez les animaux, vous aurez envie de les nourrir avec les meilleures intentions du monde. Mais cela pose un problème : les chiens errants s'habituent très vite à cette nouvelle source de nourriture, dont ils doivent réapprendre à se passer au terme de la saison des vacances. La nourriture les aide en outre à se reproduire plus rapidement. Pourquoi ne pas plutôt soutenir une association de protection des animaux locale en faisant un don ou en attirant son attention sur les animaux blessés ou mal nourris que vous avez vus dans la rue ?

Visitez les parcs nationaux et les refuges pour animaux

Si vous souhaitez passer vos vacances en compagnie d'animaux, visitez les parcs nationaux ou les refuges de QUATRE PATTES. Par exemple, le refuge Arosa Terre des Ours, un projet mené conjointement par QUATRE PATTES et l'Office de tourisme d'Arosa, permet d'allier tourisme, bien-être animal et développement durable. Il accueille des ours anciennement détenus dans de mauvaises conditions pour leur offrir une seconde chance au sein d'un cadre de vie adapté à leur espèce.

Saviez-vous...

... qu'il existe très peu de normes en matière de bien-être animal dans de nombreuses destinations touristiques ?

... qu'en Afrique du Sud, les lions destinés à la reproduction risquent de devenir des trophées de chasse ou d'être tués pour leurs os après avoir été maltraités dans des fermes pédagogiques lorsqu'ils étaient petits ?

... que la plupart des animaux exploités dans l'industrie du tourisme sont détenus dans des conditions misérables ?

...qu'il n'existe pas que des « ours dansants », mais aussi des « ours selfie » et des « ours restaurant » ?